36.22. La part maudite et la théorie du potlatch.

La part maudite a été écrit par Georges Bataille en 1949, il avait déjà publié dans la critique sociale un article qui s'intitulait " la notion de dépense " en 1933. C'est un exposé systématique de sa vision du monde : philosophie de la nature, philosophie de l'homme, philosophie de l'économie, philosophie de l'histoire. C'est la notion d'excès qui est à la base de cette construction. L'hypothèse de Bataille : il y a toujours excès, parce que le rayonnement solaire qui est à la source de toute croissance, et donné sans contrepartie, donc il y a accumulation d'une énergie qui ne peut être que gaspiller dans l'exubérance et l'ébullition. On peut rajouter que l'homo-economicus est une machine d'un rendement supérieur à un ; car quoi qu'il fasse, il laissera après sa mort une accumulation d'énergie cristallisée sous forme d'objets, d'immobiliers, d'inventions, d'œuvres d'art ou d'écrits. Bon, je vais même pas essayer de te résumer ce bouquin en quelques phrases, car contrairement à certains livre que l'on trouve aujourd'hui en librairie et dans lesquelles souvent il n'y a que quelques idées, Bataille nous donne dans cet essai son œuvre majeur. Voici donc quelques concepts et citations extraits de cette œuvre magistrale : " Les phénomènes économiques ne sont pas faciles à isoler, et leur coordination générale n'est pas facile à établir. Il est donc possible de poser la question à leur sujet : l'ensemble de l'activité productive ne doit-il pas être envisagé dans les modifications qu'il reçoit de ce qui l'entoure ou qu'il apporte autour de lui ? En d'autres termes, n'y a-t-il pas lieu d'étudier le système de la production et de la consommation humaine à l'intérieur d'un ensemble plus vaste ? La surabondance de l'énergie biochimique est la croissance. Les trois luxes de la nature : la manducation, la mort et la reproduction sexuée. Le don de rivalité . Le potlatch des Indiens du nord-ouest américain est comme le commerce un moyen de circulation des richesses, mais il exclut le marchandage. C'est le don solennel de richesses considérables offertes par un chef à son rival afin d'humilier, de défier, d'obliger. Le donataire doit effacer l'humiliation et relever le défi, il lui faut satisfaire à l'obligation contractée en acceptant : il ne pourra répondre, un peu plus tard, que par un nouveau potlatch plus généreux. Dans la quatrième partie " la société industrielle ", Bataille nous décrit les origines du capitalisme et la Réforme : la morale protestante et l'esprit du capitalisme, l'économie dans la doctrine et dans la pratique du Moyen âge, la position morale de Luther. Le monde bourgeois : la contradiction fondamentale de la recherche de l'intimité dans les œuvres, la similitude de la Réforme et du marxisme, la résolution des difficultés matérielles et le radicalisme de Marx, les survivances de la féodalité et de la religion, le communisme et l'adéquation de l'homme à l'utilité de la chose. -- et on arrête là en ce qui concerne Georges Bataille --.

La part maudite dans le libéralisme

Nos moyens de production d'énergie et de biens de consommation, nos moyens d'organisation informatique, bref, notre technologie de plus en plus performante entraînent un surplus d'énergie humaine de plus en plus important. Comment sacrifier cet excédent ? En créant de nombreux services (banques, assurances, etc.), en organisant des processus de vente toujours plus agressifs, en créant de nouveaux objets qui répondent à de nouveaux besoins nouvellement créés. Et bien sûr la guerre -- Moyen d'une efficacité redoutable. Mais une vraie bonne guerre n'est plus possible et surtout totalement inacceptable. On va tout de même pas faire un troisième conflit mondial pour sauver le capitalisme ! Désolé, mais nous ne retrouvons plus jamais les trente glorieuses ! Il faut donc trouver d'autres moyens de nous occuper, autrement dit de "sacrifier" notre excédent d'énergie.

Sommaire